Ça fait des jours que je sèche sur ce film... Ca me parait extrêmement exagéré comme intitulé...
Bien que je vive chez les bisounours, je suis assez au courant des horreurs que les hommes perpétuent. Du coup, les films qui les montrent ne modifient pas mon rapport au monde. De plus, je m'attache à ne faire la pub que des films qui m'ont plu, et les films dégueulasses, plein de morceaux d'injustice dedans me dégouttent. La plupart du temps, je les déteste.
Toutefois, j'ai été assez tentée de parler de l'échange, film de Clint Eastwood : Les années 20's, l'enfant de l'héroïne (qui est sans mari, cela joue un très grand rôle dans l'histoire), disparait. La police, afin d'avoir des résultats positifs, lui impose un orphelin inconnu en lui sommant de le reconnaitre comme son fils sans quoi elle sera déclarée folle. Oui mais non, j'ai détesté ce film, j'en suis ressortie avec la gerbe. La fin importe peu, c'est la cruauté que j'ai détesté. Cette cruauté propre à l'argent, à la réputation, au pouvoir, à l'homme...

Alors quoi?
Alors en cherchant un petit peu, un film qui m'a énormément marqué quand je l'ai vu au club vidéo de mon collège : Empire du soleil de Steven Spielberg. Je me souviens finalement très peu de ce film, mais il contenait de vrais morceaux de bombe atomique dedans. Et j'en suis restée traumatisée par la guerre. C'est à ce moment là que j'ai conçu cette peur irrépressible, conjugué aux attentats du métro.
C'est un très joli film, que je reverrai avec plaisir. Il ne me ferait surement plus le même effet. Mais il est resté comme "Les orphelins de Liverpool" (The living of Liverpool) une sorte de boule coincée en travers de la gorge sur la connerie des hommes.

film_empire_du_soleil

Pour le mollux, un tout autre thème : "Le péril jeune", un film contenant des vrais morceaux de sa bande de potes dedans et qui lui a permis d'ouvrir les yeux sur leur propre connerie^^. C'est vrai, c'est con un jeune! "Parce que transatlantique monsieur"!